3 points qui peuvent faire dérailler l’implémentation d’une solution PIM et comment les éviter

Dans un récent blog, j’ai abordé comment mettre en place les bonnes fondations pour une initiative PIM.
A travers ce post et basé sur mon expérience, j’aborde des points opérationnels que les responsables ont tendance à négliger ou sous estimer.
Ce sont : Qualité des données, Change Management et l’expérience utilisateur.
Pour bénéficier ainsi de la puissance d’une solution PIM (et pas juste d’un outil), il est important de bien prendre en compte ces points lors de la constitution du projet (ressources et temps).
Si les ressources ne leur sont pas alloués durant le projet, ils peuvent devenir des points de douleur et de conflits dans un projet PIM et peuvent faire dérailler le déploiement de la solution PIM.
(je considère par ailleurs que les spécifications et besoins des utilisateurs sont bien définis).

Le premier point est la qualité des données
C’est le point le plus critique d’un projet PIM. Les organisations ont tendance à ne pas reconnaître la mauvaise qualité de leurs données.
Cette qualité est souvent sur-estimée et donc pas importante dans la roadmap d’un projet PIM.
C’est lors de la migration des données, donc dans la deuxième moitié d’un projet, que l’on se rend compte que la qualité des données n’est pas bonne et ne permet de bénéficier des avantages du PIM.
La qualité va concerner, par ex

  • Les dates disponibilité du produit et leurs cohérences v/s d’autres dates
  • Les descriptifs du produit sont-ils homogènes, suivent ils une même règle permettant une rapide lecture par un prospect
  • Et bien d’autres attributs

Les conséquences de cette mauvaise qualité est le rejet de la solution car elle n’aura pas répondue au besoin inconscient d’amélioration de la qualité de la donnée chez tous les consommateurs de données.
Et plus le temps passera, plus la qualité va se dégrader, car il y a un nouvel outil de gestion des données et donc on aura besoin de mettre en place des solutions intermédiaires type excel pour y remedier ou garder les mêmes comportements.
Il faut accepter de dédier de consacrer assez de temps
je me rappellerai toujours du commentaire de la responsable des données d’une brasserie européenne, quelques temps après avoir mis en place une solution de gestion de la donnée produit: « Comment faisions nous avant ? »

Le second point est la gestion du changement
Le PIM va centraliser l’ensemble des données liées au produit. En centralisant les données, le PIM doit apporter plus de souplesse et de réactivité dans la circulation de l’information produit au sein d’une entreprise.
Lors des workshop du projet, les utilisateurs ont souvent tendance à vouloir reproduire leurs méthodes et manières de travailler.
Or, cette centralisation des données doit entraîner des changements dans :

La définition des responsabilités des données et des attributs.

Par exemple, le fait de compléter une date de fin de commercialisation de produits va entraîner la dévalorisation de stocks de matières premières et packaging liés à la production de ces produits.

Le flux de circulation des données : Il n’y aura plus besoin de fichiers excel qui circulent avec différentes versions et responsabilités. Reorganiser les workflow, pour profiter de la solution PIM permettra ainsi de gagner du temps.

On voit ainsi, avec 2 éléments, que l’entreprise doit bien aborder la gestion du changement lors d’un projet PIM pour bénéficier de toute la puissance du PIM.
Le projet doit moins focaliser sur la technique et plus sur les impacts sur les métiers et leur quotidien (réduction du time to market, impact sur les chiffres…)
Peu d’entreprises font attention à ce point car l’accompagnement et la gestion du changement correspondent à une ligne du devis (voir sont inexistants)
Le risque de ne pas prendre en compte cela est de rajouter une couche de complexité avec un nouveau logiciel qui va alourdir les processus.
Le troisième point est l’expérience utilisateur ou UX
Il faut considérer le PIM comme un produit, qui doit être beau et simple à utiliser et non comme un outil informatique avec une gestion de projet.
Avec de plus en plus d’applications métier, on premise ou dans le cloud, les collaborateurs s’attendent à avoir des expériences utilisateurs similaires à celles qu’ils peuvent avoir dans l’utilisation de logiciels dans leur vie privée.
Cette expérience utilisateur joue un rôle très important dans l’efficacité des solutions. Elle fait partie des éléments qui vont déterminer le succès et l’adoption du PIM et valider la valeur métier de la solution.
L’expérience utilisateur est trop souvent négligée lors des appels d’offres et durant le projet. Car l’approche qui est souvent faite, est une approche projet (avec date de début et de fin) et non une approche solution.
Les choix technologiques imposent une complexification du projet PIM.
Prendre en compte ces points permettra une implémentation indolore et une intégration naturelle de la SOLUTION PIM au sein de votre organisation et non d’un juste d’un logiciel. (on change facilement un logiciel et moins facilement une solution)
Une solution PIM permettra ainsi de transformer une organisation et d’introduire la culture du service.
N’hesitez pas à nous contacter pour plus d’information ou d’échanges.

Email : info@aroundata.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*